FIP

Feuille paroissiale n° 24 du 8 mai 2022

Feuille paroissiale – 4Ăšme Dimanche de PĂąques

« Quand tu Ă©tais dans le sein de ta mĂšre, je t’ai appelĂ© par ton nom »

En ce jour oĂč nous prions tous pour les vocations – et en particulier les vocations sacerdotales -, je relis avec Ă©merveillement les 12 annĂ©es de ma vie consacrĂ©es Ă  la formation et l’accompagnement des futurs prĂȘtres. A ceux qui vivent ce ministĂšre puissant, lumineux et souvent rude, est donnĂ©e l’expĂ©rience extraordinaire de voir des libertĂ©s rĂ©pondre avec confiance Ă  une voix qui les habite et les conduit sans doute depuis le sein de leur mĂšre. Car on ne suit pas la voix d’un inconnu. « Mes brebis Ă©coutent ma voix, et elles me suivent ». Les formateurs des sĂ©minaristes ne sont lĂ  que pour servir l’Ɠuvre puissante de cette voix, celle de l’unique berger, pour qui chaque brebis est unique.

Cette annĂ©e encore, de nouveaux prĂȘtres seront ordonnĂ©s Ă  Paris. L’an prochain, sans doute, Louis-Marie qui chaque dimanche sert au milieu de nous, consacrera aussi sa vie au Christ, Bon Pasteur. Quel est donc ce patient murmure qui dans le secret vient remplir un cƓur, une mĂ©moire, une histoire et dont la force, un jour, fait qu’on se lĂšve pour se donner tout entier ?

A chacune des brebis que nous sommes, le Bon Pasteur parle avec patience et douceur depuis la premiĂšre seconde. Sa voix nous a donnĂ© vie et ne cesse de nous conduire. Les mots d’amour qu’il nous murmure veulent devenir en nous un feu ardent qui nous pousse en avant. Aujourd’hui, Ă©couterons-nous sa parole ? Que me dit-il Ă  moi ? Parle Seigneur, j’écoute ! Et qu’il soit fait en moi selon ta Parole.

PĂšre Pascal NĂšgre

Aller au contenu principal