6 décembre 2021

Feuille paroissiale n° 47 du 21 novembre 2021

Feuille paroissiale du 34ème dimanche de la Fête du Christ Roi

Solennité du Christ, Roi de l’univers

Il y a quelques décennies, retentissait dans nos églises le fameux

« Christus vincit, Christus regnat, Christus imperat ! ».

Le Christ vainc, le Christ règne, le Christ gouverne !

A gorge déployée, les fidèles honoraient ainsi le Christ, vainqueur de la mort, siégeant à la droite du Père et régnant sur l’univers. Préoccupés par la réforme toujours nécessaire de notre Eglise et par les soucis du monde, nous n’osons peut-être plus faire résonner avec autant d’entrain ces paroles qui nous paraissent triomphalistes voire quelque peu surannées.

Un tel jugement m’interroge. Le Christ règne-t-il aujourd’hui moins qu’hier ? Certainement pas. Et cette fête du Christ, Roi de l’univers est une belle manière de nous faire réfléchir sur le sens de cette royauté du Christ non pas à l’extérieur mais au milieu des vicissitudes de notre monde :

« allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d’Israël. Sur votre route, proclamez que le royaume des cieux est tout proche ».

(Mt 10,6-7)

La grâce de notre temps, la face lumineuse de nos humiliations, nous permet peut-être d’accéder plus profondément à l’essence de cette royauté du Christ.

« Mon royaume n’est pas de ce monde »

(Jn 18,36)

dit Jésus dans l’évangile de ce dimanche. Cela ne veut pas dire que Jésus ne règne pas en ce monde mais que le mode d’exercice de son règne n’a rien à voir avec celui de Pilate. Le trône du Christ, c’est la Croix. Son mode de gouvernement, c’est l’amour qui l’a poussé à offrir sa vie pour ses amis. La force de ce royaume n’est pas coercitive car elle procède de la liberté d’un amour infini

Les sujets de ce divin Roi sont ceux qui écoutent sa Parole. Et contrairement aux autres souverains, il donne à ses sujets de participer à sa dignité royale. Baptisés dans sa mort et sa Résurrection, nous régnons avec le Christ et à sa suite nous devons sans cesse convertir notre manière de régner.

« Vous le savez, ceux que l’on regarde comme chefs des nations les commandent en maîtres ; les grands leur font sentir leur pouvoir. Parmi vous il ne doit pas en être ainsi. Celui qui veut devenir grand parmi vous sera votre serviteur ».

(Mc 10, 42-43)

A la fin de cette année liturgique, osons vivre de cette royauté que le Christ nous offre. Dans la contemplation de notre Maître et Seigneur, dans le service de notre prochain et dans l’espérance de son retour dans la gloire, annonçons le Christ, vainqueur de la mort et Roi de l’univers.

Édito du Père Maxime PETIT, en mission d’études

Aller au contenu principal